Nous sommes toujours en mode «Pot flânage!». On passe du sérieux à l’insignifiant en quelques secondes… Comme d’habitude, c’est une nouvelle habitude d’ailleurs, je commence l’épisode en vous parlant des licences obtenues par le Québec la semaine passée. En tout 6 licences à travers le Canada. Une en Alberta, une en Colombie-Britannique, trois en Ontario et une au Québec. C’est la compagnie Labo 79lef Inc qui a reçu une licence de microculture. Une seule licence standard dans les six octroyés par Santé Canada. Toutes les autres sont soit des licences de microtransformation ou de microculture. La tendance lourde est vraiment à la microproduction… Bonne écoute!

Mitchell Osak 

Les aliments qui transforment le buzz

La Saskatchewan et les Premières Nations s’entendent

Le retour du cultivateur de cannabis original/nel

Stiiizy? Not so easy.

Les pressions de l’inflation sur la consommation de cannabis

L’arnaque Juicy Fields

Système d’extorsion «Payer pour jouer» en Ontario?

Les standards sanitaires de New York trop bas?

Les cultivars les plus populaires en 2022

Livraison le jour même de la SQDC

Grosse nouvelle pour les PA!

Les pas gênés de chez CannTrust

Le marketing abusif de Juul va lui couter 1,2 milliard $ 

Le cannabis et l’effet placébo

Photo de freestocks sur Unsplash

Transcription Intégrale de l'épisode #130

INTRO THÈME toPot (bruits de porte, etc.)

Vous êtes sur les ondes de ToPot… votre podcast en français sur la science, l’industrie et la consommation du cannabis. Mon nom est Luc Prévost et j’ai le plaisir de vous recevoir dans un cannabistrot virtuel, le toPot.    

Bienvenue chez vous! 

Mise en garde (en accéléré…)

toPot ne donne aucun conseil. Consultez votre médecin, votre pharmacien, votre avocat, votre journaliste préféré, le législateur, votre député ou la personne de science de votre choix. Aucun des auteurs, contributeurs, commanditaires, administrateurs ou toute autre personne liée à toPot, de quelque manière que ce soit, ne peut être responsable de votre utilisation de l’information contenue dans le podcast. 

Vous allez bien? Le chanvre est bon par chez vous?

Nous sommes toujours en mode Pot flânage. On passe du sérieux à l’insignifiant en quelques secondes… Comme d’habitude, c’est une nouvelle habitude d’ailleurs, je commence l’épisode en vous parlant des licences obtenues par le Québec la semaine passée. En tout 6 licences à travers le Canada. Une en Alberta, une en Colombie-Britannique, trois en Ontario et une au Québec. C’est la compagnie Labo 79lef Inc qui a reçu une licence de microculture. Une seule licence standard dans les six octroyés par Santé Canada. Toutes les autres sont soit des licences de microtransformation ou de microculture. La tendance lourde à vraiment à la microproduction.  

On sait que les micros ne sont pas avantagés. D’aucune façon. Il semble même y avoir une fuite vers l’avant où des niveaux de production plus élevés promettent des économies d’échelle et de meilleures marges de profits. Alors est-ce que les demandeurs de licences micros font le pari d’agrandir une fois qu’ils auront l’assurance de pouvoir augmenter leur production? C’est possible. Si on compare le sort des distillateurs et des microbrasseries, les temps sont durs pour tout le monde.

OK.

Vous le savez, quand je suis au comptoir du toPot, je commence toujours par un café.

Et MJ, Salut, tu vas bien?

Mon habituel avec un verre d’eau STP.

Merci. Mon habituel, c’est un double expresso avec triple dose de CBD…

Que’est-ce que je disais? Ah oui, les temps font dur…

Alors que devraient faire les PA vigilants en 2023? 

J’ai vu passer sur LinkedIn un billet de Mitchell Osak qui affirmait qu’une compagnie ne sort jamais d’une période de crise par une gestion saine. Une compagnie navigue plutôt avec succès des zones de turbulences par un leadeurship adéquat… Et selon Ozak, les leadeurs les plus éveillés vont concentrer leurs énergies sur trois grandes priorités. Ozak a comme titre «Consultant chargé de la mise en œuvre de la stratégie et de la transformation organisationnelle». Il est spécialisé dans le cannabis et la prochaine bulle des psychédéliques. Cette bulle est arrivée au Québec cette semaine avec un article dans le magazine québécois Urbania.

Alors le super PDG, quand tu es microproducteur, cela veut pouvoir dire que c’est le gars qui arrose les plants le matin…, alors le PDG smatte devrait faire quoi en 2023?

1. Une réduction plus intelligente des couts

  • La réalité
    • baisse des prix de gros et de détail pour les produits de cannabis
    • Les couts des engrais et les emballages augmentent
    • Les réductions d’effectifs peuvent aider, mais la tronçonneuse n’est plus de mise. Il faudra utiliser un scalpel pour couper le gras sans toucher aux muscles.  
  • Les meilleurs gestes
    • Réduire le nombre de produits
    • Améliorer la gestion du cout des intrants et des fournisseurs
    • se débarrasser des stocks obsolètes qui coutent cher en espace de stockage
    • Externaliser les activités non essentielles comme l’informatique et le recrutement.  

2. De véritables efforts pour améliorer l’engagement des employés

  • La loyauté et la productivité d’une personne exigent plus que des promesses. 
  • Toxicité culturelle + l’instabilité financière + marché du travail serré = une rotation élevée du personnel et un désengagement.  
  • Les meilleurs gestes
    • Les dirigeants doivent donner l’exemple
    • Amélioration des programmes de formation 
    • Promotion de la libre communication dans l’ensemble de l’organisation 
    • Clarifier la vision et les objectifs de l’entreprise.

3. Une meilleure innovation des produits

  • La croissance dépend de l’introduction régulière de produits «à succès».  
    • Les consommateurs n’ont aucune fidélité. Ils sont très réactifs aux prix. Et finalement, ils veulent des nouveautés.
    • L’entreprise doit avoir une meilleure connaissance de sa clientèle 
    • Trouver le bon phénotype d’un gène exige de comprendre votre environnement de culture

2023 va être une grosse année pour les PA canadiens. Ils ont beaucoup de pain sur la planche…

Hey Merci MJ!

Les aliments qui transforment le buzz

Et parlant d’aliments, vous savez que certains sont réputés être capables d’avoir un impact sur le buzz du cannabis. Parmi ces aliments, on retrouve évidemment le chocolat…

En passant, c’est un article de Ben Hartman sur le site de The Cannigma. Les articles publiés font l’objet d’une révision scientifique. Dans ce cas précis, l’article a été relu par Codi Peterson, PharmD un autre gars que je lis tous les jours sur LinkedIn. Voici ce que le site dit :

Nous adoptons une approche fondée sur des preuves pour chaque question relative au cannabis — de la sécurité à la cuisine en passant par la recherche médicale — et nous rendons toutes ces informations digestes et utiles.

Nous nous engageons à faire en sorte que ces informations scientifiques soient accessibles à tous ceux qui en ont besoin, que ce soit pour soulager leurs propres souffrances ou celles d’un proche, pour en apprendre un peu plus ou même *gasp* pour le plaisir.

J’aime bien tout ça!

Donc, le chocolat contiendrait des substances qui, par imitation, sont capables d’activer des récepteurs du SEC. Une des molécules est l’anandamide alias «la molécule du bonheur». Le high du coureur serait causé par une plus grande production d’anandamide.

Les voyageurs fréquents sur toPot se souviennent de l’épisode #84 L’euphorie du coureur : un vrai high! On a déjà tout discuté ça ensemble, mais c’est toujours utile de rafraichir notre mémoire…

L’alcool aurait aussi un effet sur l’effet sur le high. Cela parait normal puisque l’alcool affecte le système nerveux central. En fait on parle d’une augmentation de l’altération des performances observée dans les combinaisons cannabis-alcool. Cela veut dire la capacité de conduire un véhicule moteur, par exemple. La libération, encore elle, la libération de l’anandamide augmenterait sous l’influence de l’alcool.

Puisqu’on parle de cannabis, il faut penser aux terpènes et donc aux herbes aromatiques comme le basilic et l’origan. La théorie est que la consommation de ces herbes dans le cours d’un repas pourrait potentialiser les effets du cannabis. 

Enfin, les acides gras omégas 3 que l’on retrouve dans les noix, les légumes verts et les petits fruits, par exemple. Là je cite texto l’article, ces types d’acides gras interagissent avec le système endocannabinoïde, et l’anandamide elle-même est dérivée de l’acide arachidonique, un acide gras oméga-68.

C’est un sujet intéressant, non? Si on me promettait une consommation avec des fleurs et des herbes fraiches, je n’hésiterais pas une seconde. Vous?

Même si la révision de la Loi sur le cannabis est à peine commencée, les choses continuent de bouger dans l’industrie.

La Saskatchewan et les Premières Nations s’entendent

Le magazine Stratcann rapportait la semaine passée et là je cite texto le premier paragraphe de l’article que le gouvernement de la Saskatchewan a présenté une nouvelle loi qui, si elle est adoptée, permettra aux Premières Nations de la province d’obtenir une licence et de règlementer la distribution et la vente de cannabis dans les réserves. 

Le but est de créer des règles du jeu plus équitables. Ainsi, les Premières Nations ne feront plus affaire avec la Saskatchewan Liquor and Gaming Authority (SLGA) pour l’obtention de leur permis, ce qui est le parcours habituel depuis les débuts de la légalisation. Un nouveau cadre juridique confère aussi aux Premières Nations toute la légitimité pour l’application des lois et des règlements sur leur territoire.

Derek Sunshine, le chef des Premières Nations de Fishing Lake, lui, n’entend pas suivre ce chemin. Il rejoint ainsi un large groupe de communautés qui exercent leurs droits complètement à l’extérieur du cadre provincial — fédéral. Mais ça, c’est une saga pour une autre fois.

Le retour du cultivateur de cannabis original/nel

Les cultivateurs qui alimentent le marché original ou originel, oui le marché noir quoi, et bien, ils sont encore très actifs on dirait. En Californie, le cannabis, on a légalisé le cannabis médical en 1996, et le cannabis nonmédical fin 2016. Malgré ce travail d’avant-garde, les experts estiment que le marché légal ne représenterait que 25 % du marché californien. Donc, 3/4 des ventes proviennent des cultivateurs originaux. Ces exploitants agricoles sont souvent en activité depuis plusieurs générations.

Il y a donc une forme de perception romantique du cultivateur originel. Rien à voir avec ces réseaux ontariens qui utilisaient des Mexicains dans une forme d’esclavagisme dénoncé par le consulat mexicain il y a quelques semaines. On parle ici de gens qui cultivent dans l’illégalité depuis 20-30-40 ans et qui ne réussissent à intégrer le marché légal pour plusieurs raisons.

Dans une industrie qui ne cesse de grandir, les problèmes de main-d’œuvre existent depuis les débuts de la légalisation. On peut penser que les prochains pays qui vont légaliser vont trouver une façon plus intelligente pour intégrer les talents du marché original.

Stiiizy? Not so easy.

La guerre du THC continue de faire des victimes, mais cette fois-ci, ce n’est pas le consommateur.

C’est plutôt la compagnie californienne Stiiizy qui est poursuivie pour avoir menti sur les taux de THC de ces joints préroulés. Des millions d’anciens clients ont intenté un recours collectif en plus de demander une injonction pour stopper la vente des produits visés par le recours.

La différence entre le % de THC annoncés et le taux réel est bien supérieure à l’écart de 10 % qui est permis. Un exemple? Le «40s Strawnana 2G Preroll» était supposé contenir 50,57 % de THC alors que des tests indépendants ont mesuré le % réel entre 33 et 34 %.

Le monde s’essaye!

Les pressions de l’inflation sur la consommation de cannabis

Et comment les consommateurs réagissent-ils aux pressions générales de l’inflation sur les prix des produits?

Le MSO Jushi Holdings Inc, un opérateur de cannabis verticalement intégré dans plusieurs états américains, vient de publier les résultats de son deuxième sondage annuel «Cannabis Consumer Insights Holiday Poll». Plus de 1000 consommateurs de cannabis ont été interrogés.

63 % des personnes interrogées ont déclaré l’inflation leur faisait très mal. Par contre la consommation ne baisse pas pour autant. En fait 1/4 des gens ont déclaré une augmentation de leur consommation.

L’enquête nationale, menée par Pollfish, a recueilli les réponses de 1 000 consommateurs de cannabis dans les États américains où la vente de cannabis est légalisée pour les adultes de 21 ans et plus. La solution adoptée par les consommateurs pour endiguer l’inflation a consisté à acheter des produits moins chers qu’avant. La fleur continue sa domination avec une préférence avouée par 58 % des consommateurs. Le prix et le pourcentage de THC demeurent les facteurs déterminants. Les préférences Indica, Sativa, Hybride tendent à diminuer. Comme si ces catégories ne voulaient plus rien dire de précis.

L’arnaque Juicy Fields

On a discuté il y a quelques semaines de l’arnaque planétaire Juicy Fields. Les poursuites contre les grands médias sociaux se précisent. L’avocat Lars Olofsson à identifier les serveurs de Facebook, alias Meta, qui furent installés a Lulea en 2011. Lulea est une ville suédoise située à une centaine de km du cercle arctique.

«C’est là que le crime s’est produit… Mes clients sont entrés en contact avec l’escroquerie de JuicyFields par le biais de ces serveurs» a déclaré Olofsson.

Olofsson avance que Meta aurait contourné les lois antifraudes suédoises. Ça va être une affaire fascinante à suivre qui pourrait avoir un impact majeur sur les activités de publicité et de propagande sur les réseaux sociaux. Pour l’instant, l’avocat a dans sa mire 70 personnes, 60 banques et 40 entreprises liées aux activités et à la publicité de JuicyFields.

Système d’extorsion «Payer pour jouer» en Ontario?

 

Un autre scandale? 

Cette fois-ci, on parle d’un stratagème qui s’appelle Payer pour Jouer ou Pay to Play en anglais. La gammick est simple. Tu es un PA. Tu veux vendre dans une chaine de magasins en Ontario. Et bien pour être sûr d’obtenir une bonne place dans les étagères, certaines chaines vont exiger de l’argent. Pour justifier ce paiement, la chaine va, en retour, partager des données de vente. Un gros fichier Excel quoi… Tu es un petit PA qui ne peut se payer ce genre de pseudoservice? Tant pis pour toi. Ce genre de manière de faire de l’argent existe depuis toujours dans les chaines d’alimentation. Tous les produits qui se retrouvent aux extrémités des rangées d’étagères sont l’objet d’un commerce… 

C’est le journaliste Matt Lamers qui a révélé la chose la semaine passée. Ces frais remettent en cause l’existence du réseau de détaillants que l’industrie juge nécessaire pour sa survie. On parle de dizaines de milliers de dollars de frais de référencement, en anglais les fameux slotting fees. Ces frais sont impossibles à considérer pour des microproducteurs. Le Québec n’a pas ce genre de problèmes à cause du monopole de la SQDC. Mais l’Ontario avait prévu ce type d’action en interdisant formellement aux PA de payer les détaillants pour un traitement préférentiel… Donc, l’Ontario ferme actuellement les yeux… en faisant semblant de croire que la combine d’échange de données pour de l’argent est légitime. Les petits magasins tant souhaités par l’industrie sont détruits par l’industrie…

Les standards sanitaires de New York trop bas?

Alors que le Canada fait la promotion des produits propres de la légalisation, je vous ai raconté il y a quelques semaines que New York semblait emprunter la voie inverse. Oui l’État de New York a réduit ses exigences sur le nombre de bactéries aérobies viables et sur nombre total de levures et de moisissures pour les produits de cannabis non extraits… 

Certains joueurs de l’industrie comme Roger Brown, un propriétaire d’un labo, croient que si les exigences initiales étaient trop élevées, les nouvelles normes sont trop faibles. Et ce qui arrive à NY pourrait avoir un impact sur toute l’industrie américaine. M. Brown suggère au législateur Newyorkais de s’inspirer des normes de la Floride ou de la Californie. 

Les cultivars les plus populaires en 2022

Je n’accorde généralement aucune importance aux listes des produits les plus vendus pour ma consommation. Mais pour comprendre les produits qui se vendront peut-être à la SQDC dans en 2023, c’est toujours utile de voir les produits qui sont fréquemment mentionnés. C’est la société Leafly qui propose cette liste d’une dizaine de cultivars. Leafly mentionne avoir une base de données de plus de 6000 cultivars. 

  • Ice Cream Cake
  • Blue Dream
  • Wedding Cake
  • Gelato
  • Original Glue
  • Pineapple Express 
  • Sour Diesel
  • MAC
  • Purple Punch
  • Durban Poison

Est-ce que vous y retrouvez des tendances que vous avez observées pendant l’année? Est-ce que vous voyez des candidats pour le prochain cultivar à la mode? Faites-moi signe! lucprevost@hotmail.com.

Livraison le jour même de la SQDC

Si vous habitez à Saint-Jean-sur-Richelieu, Mirabel ou Saint-Jérôme, je vous informe que la SQDC étendra temporairement son service de livraison le jour même à ces trois municipalités pour améliorer l’accessibilité aux produits de cannabis légaux à moindre risque pour la clientèle habitant dans certaines régions affectées par le conflit de travail en cour.

Grosse nouvelle pour les PA!

Santé Canada a apporté des modifications concernant la recherche sur le cannabis, les essais menés avec du cannabis et les boissons contenant du cannabis. Voici texto ce que dit Santé Canada :

«La plupart des recherches non thérapeutiques sur le cannabis seront règlementées uniquement par le Règlement sur le cannabis, à quelques exceptions près. La recherche non thérapeutique sur le cannabis peut comprendre des études qui examinent l’apparition et la durée des effets d’un produit du cannabis, des études qui éclairent l’élaboration de produits et des études liées à la santé publique. Auparavant, la plupart de ces recherches étaient règlementées à la fois par le Règlement sur le cannabis et par le Règlement sur les aliments et drogues à titre d’essais cliniques.»

J’ai questionné 2 producteurs autorisés pour tenter de comprendre ce que signifient ces deux paragraphes, mais personne n’a pu me renseigner…

IL est quelle heure? Oh c’est l’heure. Et MJ Merci beaucoup! Bonne semaine. Si tu vois X, dis lui bonjour de ma part! Ok Merci.

OK, je me ramasse!

Les pas gênés de chez CannTrust

Le premier grand procès de l’industrie légale du cannabis est complètement oublié par les grands médias. Cette semaine on a appris que le scandale des salles de culture non autorisées était très largement discuté par les employés de Canntrust. Un ancien employé a dit que personne ne se cachait.

Peter Aceto, Eric Paul et Mark Litwin sont accusés de fraude et tous les trois ont plaidé non coupables. D’autres accessions de délit d’initié et de fausse documentation pèsent sur les trois hommes. 

L’employé qui est venu témoigner, M. Graham Lee, avait écrit des courriels pour alerter le personnel, mais aussi pour se protéger avec des traces écrites. Ces preuves lui semblaient importantes et là je le cite texto «parce que j’avais l’impression qu’on me jetterait sous le bus assez rapidement».

Le marketing abusif de Juul va lui couter 1,2 milliard $ 

On n’est pas dans le cannabis, mais presque.

Juul, le fabricant de cigarettes électroniques va payer 1,2 milliard de dollars pour mettre fin a plus de 10 000 poursuites pour avoir ciblé avec son marketing des consommateurs mineurs.

Juul vient tout juste de payer 439 millions dans un autre cas de marketing abusifs auprès d’une clientèle d’âge mineur.

On peut évidemment s’attendre à la même chose dès maintenant dans l’industrie du cannabis.

Le cannabis et l’effet placébo

En Ontario, le gouvernement Ford veut aider au développement de l’industrie touristique du cannabis! Comment? M.Daniel Safayeni, de la Chambre de commerce de l’Ontario, dit qu’il faut permettre des évènements spéciaux et des salons pour la clientèle qui vient de l’extérieur de la province.

«Regardez, a dit M. Safayeni, ce que les régions de Niagara et du comté de Prince Edward ont fait pour le vin. Ça pourrait être la même chose pour le cannabis.»

 

OK, une dernière… 

CNN a largement discuté la semaine passée d’une recherche sur le cannabis et les effets placébo.

La communication scientifique en question est une méta-analyse de 20 études portant sur 1459 personnes. La recherche est intitulée :

Réponse au placébo et attention des médias dans les essais cliniques randomisés évaluant les traitements de la douleur à base de cannabis 

Et que nous apprends cette recherche? 

Voici plus ou moins texto la conclusion :

Le placébo contribue significativement à la réduction de la douleur observée dans les essais cliniques sur les cannabinoïdes. L’attention positive des médias et la large diffusion peuvent maintenir des attentes élevées et façonner les réponses au placébo dans les essais futurs, ce qui a le potentiel d’affecter le résultat des essais cliniques, les décisions règlementaires, la pratique clinique et, finalement, l’accès des patients aux cannabinoïdes pour soulager la douleur.

Je ne dis pas que les résultats de cette méta-analyse sont faux. Je dis que CNN oublie de mentionner que l’effet placébo joue aussi pour tous les médicaments de prescription.

Je retiens également ce que les chercheurs appellent le rituel du traitement. Le fait d’avoir des l’attention de professionnels en sarrau qui s’affairent pour appliquer un traitement peut influencer la manière dont notre corps et notre esprit recevront les soins. Je retrouve dans ce rituel du traitement des conditions similaires à celle créée par le rituel de la préparation d’un joint, par exemple.  

Je ne dis pas que le buzz est un effet placébo. Jamais je ne dirais ça. Mais j’observe des gens qui se roulent des joints depuis une cinquantaine d’années. Et j’ai vu des tonnes de gens incapables de se concentrer et devenir soudainement de vrais bouddha le temps de rouler un joint. Le cannabis réagit avec le système endocannabinoïde, c’est vrai. Mais le cannabis agit en premier lieu sur notre odorat… Et si on regarde ce que nous savons déjà des huiles essentielles, cela devrait nous permettre de voir, collectivement, plus loin que le bout de notre nez.

Et voilà, c’était le 131e épisode de toPot.

Questions, commentaires, critiques, n’hésitez pas à m’écrire : lucprevost@hotmail.com. 

Je vous remercie pour votre écoute, vos partages et vos suggestions.

Allez! 

Bonne semaine. 

Beaucoup de bienêtre. 

Et bon chanvre!

#111 Jacques Farcy: La première entrevue du PDG de la SQDC

#111 Jacques Farcy: La première entrevue du PDG de la SQDC

Vous allez bien? Le chanvre est bon par chez vous? Aujourd’hui, toPot reçoit un invité vraiment incontournable. Jacques Farcy. Le président de la SQDC. Pour le 111e épisode de toPot, j’ai eu la chance de discuter un dirigeant discret qui est aussi le plus important...

137 Dernier épisode: Le toPot ferme!

137 Dernier épisode: Le toPot ferme!

Vous allez bien ? Le chanvre est bon par chez vous ? Aujourd’hui, je commence tout de suite avec un café. Parce que je suis pressé. Mais surtout parce que j’en ai besoin… Donc, j’ai décidé de stopper mon potcast toPot. Pourquoi ? J’aimerais vous donner le contexte de...

136 Pot flânage (2023.01.25)

136 Pot flânage (2023.01.25)

Du coq à l’âne, en passant par la Thaïlande, on va flâner dans l’actualité du cannabis. Par exemple, un collège au Nouveau-Brunswick doit annuler sa  formation sur le cannabis, faute d’étudiants… Ou encore en quoi le pot des champs est-il supérieur au pot de bunker?…...

135 Pot flânage (2023.01.18)

135 Pot flânage (2023.01.18)

Vous allez bien? Le chanvre est bon par chez vous? C’est le 135e épisode de toPot. Et nous continuons notre flânage dans l’actu du cannabis. Seulement 4 licences à travers tout le Canada cette semaine. Deux en Ontario, une en Saskatchewan et une au Québec. Quatre...

134 Pot flânage (2023.01.11)

134 Pot flânage (2023.01.11)

Avant de débuter notre flânage dans l’actualité du cannabis comme on le fait depuis quelques épisodes, on revient d’abord sur les nouvelles licences accordées par Santé Canada cette semaine. Trois en Colombie-Britannique, une au Manitoba et une au Québec.  Oui, la...

133 Pot flânage (2023.01.04)

133 Pot flânage (2023.01.04)

L’épisode qui chevauche 2022 et 2023… en flânant. La première Opinion Vulgaire Non Informée (OVNI) de l’année 2023? 7 sous le gramme… Sinon, on va profiter de ce premier épisode de 2023 pour revenir sur les 12 derniers mois afin de mieux se projeter ensuite dans...

132 Pot flânage (2022.12.21)

132 Pot flânage (2022.12.21)

Vous allez bien? Le chanvre est bon par chez vous? Un autre épisode Pot flânage cette semaine. Et on commence par les nouvelles licences octroyées par Santé Canada. On passe ensuite en revue toutes les nouvelles de l’actualité du Québec. Après ça? On flâne pour de...

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x